Ceux d'Indochine

10/06/2014 15:33
Nous venons de commémorer le soixantième anniversaire de la chute de Dien Bien Phu. Il reste encore beaucoup de ces anciens qui furent envoyés sur ces terres lointaines.
                                   
La guerre d’Indochine est un conflit armé qui se déroula de 1946 à 1954 en Indochine française. Il aboutit à la dissolution de cette fédération, ainsi qu’à la sortie de l’Empire colonial français des pays la composant et à la division en deux États rivaux du territoire vietnamien. Ce conflit fit plus de 500 000 victimes.
En août 1945, le Viêt Minh, mouvement indépendantiste viêtnamien d'obédience communiste, profitant de la prise de contrôle de l'Indochine par les Japonais, cinq mois auparavant, dans le contexte de la guerre du pacifique, prit le pouvoir de la colonie française. Si le gouvernement provisoire de la République française ne tarda pas à envoyer un corps expéditionnaire afin de reprendre en main son territoire, la situation se mua rapidement, après novembre 1946, en guerre ouverte entre forces du Viêt Minh et Français.
Le conflit peut être divisé en deux phases historiques. La première, entre 1946 et 1949, voit le Viêt Minh appliquer une guérilla meurtrière. La guerre est alors semblable à une simple lutte de décolonisation. Mais l'aspect communiste du Viêt Minh, le déclenchement de la guerre de Corée en 1950, l'avènement d'une Chine communiste en 1949 qui assura une aide logistique importante au Viêt Minh et la confrontation de plus en plus avouée entre les États-Unis et le monde marxiste-léniniste, achevèrent de procurer à la guerre d'Indochine la figure d'un conflit armé ancré dans la guerre froide. La seconde phase s'étend de 1949 jusqu'à la fin des combats en 1954. Tout en bénéficiant de l'aide matérielle et logistique des Américains, les Français mènent lors de cette période une guerre de plus en plus directe et frontale avec leurs ennemis, dont le soutien de la part des Chinois allait leur permettre de mettre sur pied une véritable armée conventionnelle et formée.
Malgré l'intervention indirecte américaine, les forces françaises, exténuées par la résistance adverse et plusieurs années de combats de plus en plus impopulaires en métropole, durent renoncer, surtout après la lourde défaite de Dien Bien Phu de mai 1954. Les accords de Genève, signés en juillet 1954, consacraient le départ des Français de l'Indochine et la division du Viêt Nam en deux États indépendants et distincts: la République démocratique du Viêt Nam au nord, pro-communiste, et l'État du Viêt Nam au sud, installé par la France. Ce dernier allait être remplacé, après un Coup d'État en 1955, par la République du Viêt Nam, alliée des États-Unis.